Marie, l’Arche de la Nouvelle Alliance : une Réflexion sur l’Assomption.

La Solennité de l’Assomption de la Vierge Marie célèbre sa montée corps et âme dans le Sanctuaire de la Cité Céleste. C’est un prétexte de réjouissance et d’espérance pour tous les chrétiens et les lectures de cette solennité nous le montrent de façon claire. En effet, l’Église nous invite à reconnaître en Marie, l’Arche de la Nouvelle Alliance et les implications de cette réalité.


Pour apprécier l’importance de l’Arche d’Alliance pour le peuple d’Israël, nous devons retourner aux sources de l’Ancien Testament. L’arche avait été commandée et conçue par Dieu pour être le signe de sa présence parmi son peuple, le lieu où Il les rencontrerait face à face ! (Cf. Ex 25,10-22)

Réplique de l’Arche d’Alliance, Photo par Igor Rodrigues sur Unsplash

Cette arche accompagna les Israélites à travers le désert et était au-devant d’eux dans leurs plus grandes batailles. Partout où se trouvait l’arche, la victoire était assurée ! Lorsque David devint roi d’Israël, il fit monter l’arche à Jérusalem au milieu des réjouissances du peuple. Sautant et dansant de joie, il s’exclama : « Comment l’arche du Seigneur pourrait-elle venir chez moi ? » (2 Sam 6,9)


Là où se trouve l’arche, là aussi se trouve le Seigneur ! 

C’est pourquoi l’arche était installée dans le Saint des saints du Temple, lieu où seul le Grand Prêtre pouvait entrer. Elle contenait les Tables de la Loi, c’est-à-dire la Parole de Dieu, la Manne du désert, qui est le pain venu du ciel et le Bâton d’Aaron, symbole de l’autorité sacerdotale. (Cf. Heb 9,4) Pourtant, après la destruction du Temple par les Babyloniens, l’Arche fut perdue, personne ne sachant où elle fut cachée. Beaucoup de Juifs espéraient qu’au Jour du Seigneur, l’arche reviendrait dans le Sanctuaire, dans le Saint des saints. Imaginons donc la grande joie de Jean lorsqu’en esprit, ses yeux de juifs virent que : « Le Temple de Dieu dans le ciel s’ouvrit et l’arche de l’alliance apparut dans son temple. » (Ap 11,19a)

Et là où l’on peut s’attendrait à une apparition de l’arche historique, c’est un autre “grand signe” que Jean dépeint :

« Une femme, vêtue du soleil, la lune sous les pieds, et sur la tête une couronne de douze étoiles. […] Elle mit au monde un fils, un enfant mâle ; c’est lui qui doit mener paître les nations avec une verge de fer. »

(Ap 12,1.5ab)

Pourquoi une telle transition ? Pourquoi un changement si abrupt de sujet ? Mais est-ce réellement un changement de sujet ? En effet, pour Jean, le « grand signe » et l’Arche sont une et même réalité, et cette « femme » est la même que Jésus appela « FEMME » dans l’Évangile du même auteur. (Cf. Jn 2,4 et Jn 19,26) Ce n’est personne d’autre que Marie la Mère du Christ ! Et comment pourrait-elle ne pas être l’Arche de la Nouvelle Alliance ? Elle qui a porté en son sein le Grand Prêtre de la Nouvelle Alliance (Cf. Heb 8), le vrai Pain de vie descendu du Ciel (Cf. Jn 6) et la Parole de Dieu faite chair (Cf. Jn 1).

Cathédrale de Florence, Italie

Lorsqu’elle salue Elisabeth sa cousine, celle-ci fait écho au cri de David – « Comment m’est-il donné que vienne à moi la mère de mon Seigneur ? » – pendant que l’enfant qu’elle porte « bondit dans son sein » comme David devant l’Arche. (Cf. Lc 1,41-43) – Marie a porté en plénitude ce que l’arche de l’Ancienne Alliance ne possédait qu’en préfiguration. Ainsi, c’est en sa dignité d’Arche de la Nouvelle Alliance que Marie passe les portes du Ciel avec son Fils ! Son corps et son âme immaculés dignes d’être ornés de la gloire de Dieu, d’entrer « en joyeux cortège… dans le palais royal. » (Ps 45,16)

« Viens à ton lieu de repos, toi et l’arche où réside ta force » (Ps 132,8), car c’est assis à ta droite que se trouve sa juste place. (Cf. Ps 45,10)

Nous comprenons donc pourquoi cette solennité est un jour de grande joie, mais aussi d’espérance pour l’Église. Car ce qui fut si glorieusement donné à Marie nous est aussi promis  ! La gloire dont elle est couverte est la gloire que Dieu désire déverser sur chaque personne humaine, corps et âme. Marie, l’Ève nouvelle et la “Reine Mère” du Royaume des Cieux, a reçu cette gloire à la suite de son Fils, le nouvel Adam et Roi du Ciel et de la terre.

• • •

Photo par Maria Oswalt sur Unsplash

Dans nos batailles quotidiennes, tant personnelles que collectives, nous avons tendance à ne pas faire usage de toutes les armes spirituelles que Dieu met à notre disposition. Pourtant, comme il le fit pour le peuple d’Israël, le Seigneur Dieu nous donne en Marie, un signe de sa présence. Sachant que là où est l’arche, là également se trouve le Seigneur, Marie est une alliée redoutable dans nos combats contre les attaques du malin. Avec elle, la victoire nous est assurée !

Ainsi, quelles que soient nos addictions – pornographie, drogue, téléphone, etc. ; quels que soient les péchés qui pourrissent nos vies en dépit de nos efforts ; quelles que soient les maladies chroniques dont nous souffrons ou les esprits maléfiques que nous confrontons ; nous pouvons prendre avec nous Marie, notre Mère.

Nous sommes « le reste de sa descendance, ceux qui observent les commandements de Dieu et gardent le témoignage de Jésus » son premier-né (Ap 12,17), et en tant que tel, elle ne nous abandonnera jamais. Elle intercède toujours pour nous, assise à la droite de son Fils et tous les hommes, des plus pauvres aux plus riches implorent ses faveurs (Cf. Ps 45,13) car ses prières sont puissantes et effectives. Ne rejetons pas une arme spirituelle aussi puissante ! Prions notre Rosaire ; invoquons son intercession et imitons celle-là qui est sainte, non pas seulement parce qu’elle a porté et nourri le Fils de Dieu, mais parce qu’elle a écouté la Parole de Dieu et l’a mise en pratique. (Cf. Lc 11,28)


POUR NE JAMAIS MANQUER UNE PUBLICATION 👇

Photo de couverture par Grant Whitty on Unsplash 

2 comments
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Vous Aimerez Aussi