TOP
Diamond Journal

La Famille que l’on rêve !

« L’attrait pour la Sainte Famille est facilement confondu avec la recherche d’une quiétude insouciante. Réciter les mystères joyeux et rêver d’un monde exempt de souffrance. Se représenter la maison de Nazareth comme on imagine un paradis impassible ou une béatitude statique. » – Père Dominique Joseph

______________________________

La famille est un lieu qui cristallise de nombreux idéaux, voire de nombreux fantasmes; et c’est en cela qu’elle est la source de tant de déceptions et de blessures. En raison de l’étroitesse des liens qui unissent ses membres, de leur proximité immédiate, ce qu’il nous est donné de vivre en famille à une incidence profonde dans notre construction personnelle et dans nos choix de vie, souvent de façon inconsciente.

D’ailleurs, ce que je trouve fascinant dans notre rapport à la famille, c’est l’idée presque universellement admise qu’elle devrait être un havre de paix, un lieu de paradis où tous devraient s’aimer, s’entendre et se soutenir. Le lieu d’une communion et d’un repos « éternel » ? Pourtant, force est de constater que la réalité est beaucoup plus contrastée et qu’à nos rêves d’harmonie familiale se confrontent des épreuves et des scénarios qui peuvent complètement chambouler nos idéaux et nos rêves. 

Ces épreuves voire ces drames dans certains cas, peuvent complètement nous traumatiser et nous décourager de l’institution familiale en elle-même. Des réactions ou des postures qui comme je le disais, sont proportionnées aux attentes et aux croyances que l’on projette sur elle. À la question de savoir d’où vient cette aspiration du cœur de l’homme à cette communion d’amour ? La tradition judéo-chrétienne nous oriente vers le livre de la Genèse. 

L’humanité crée par Dieu y est incarnée par un couple appelé à être « image » et « ressemblance » (cf Gen 1;26) de ce Dieu qui lui-même est Communion d’Amour. Toutefois voilà ; cette communion n’est pas acquise d’avance; elle est une vocation, une finalité, un but ! C’est le désir que le Seigneur nourrit pour la famille humaine mais qui ne peut se réaliser sans un consentement libre des hommes à obéir dans la confiance, aux prescriptions du créateur.

On pourrait donc dire que notre désir d’unité familiale est un signe, une preuve que nous sommes fait pour y vivre en paix ! Pourquoi donc tant de querelles, de divorces, d’abandons ou de trahisons au sein de la famille humaine ? Là encore, la révélation pointe du doigt une réalité que bien souvent nous ignorons. Avant tous les drames que nous pouvons vivre dans nos familles, il y a un drame fondateur : le péché originel

Pour l’avoir déjà fait dans un précédent article, nous ne nous attarderons pas aujourd’hui sur la signification et la nature de ce « concept »; nous observerons surtout ces conséquences. Il sème une fracture nette dans la relation du premier couple humain ! L’homme se déresponsabilise aux dépens de la femme qui se déresponsabilise sur le « serpent ». Le regard qu’ils portent l’un sur l’autre change et bien vite, non seulement ils se cachent l’un de l’autre, mais aussi de Dieu. Une désobéissance volontaire en vérité qui leur vaudra d’être chassés du jardin d’Eden ( cf Gen 3).

Cet événement fondateur va déterminer le destin funeste de la famille humaine et depuis lors, de Caïn et Abel en passant par les patriarches Abraham, Isaac et Jacob, célèbre pour avoir donné naissance à l’une des fratries les plus toxiques que la Bible ait portée, tout nous sera servi : meurtre fratricide, tromperies, complots, inceste etc… Ainsi, si quelqu’un trouve sa famille trop imparfaite, il a de quoi se rassurer en se disant que l’histoire sainte à pour toile de fond, des familles et des clans d’une dysfonctionnalité tous azimuts ! 

En cela, la Bible est beaucoup plus réaliste que nous parfois car les figures qu’elle nous propose ne sont pas des anges, ni des super-héros mais bien souvent, des anti-héros rendus « justes » par l’onction de Dieu qui consacre des individus plein de failles et n’en fait des modèles que par Sa main, en vertu de son alliance ! Cette alliance que Dieu maintient avec l’humanité, en dépit de toutes ces défaillances et qui vaut à la lignée cabossée d’Adam, d’être la lignée de son propre fils, notre Sauveur : Jésus-Christ !

Ce Frère qu’Il nous donne, à nous tous descendants par la foi d’Adam, Ève, Abraham etc… est la manifestation de l’engagement de Dieu à sauver la famille humaine de l’intérieur ! En Jésus-Christ, le Salut nous est porté par les entrailles d’une vierge, par l’adoption d’un père, au milieu d’un couple pas orthodoxe non plus et qui vient nous rappeler s’il le faut encore que le Seigneur se joue de notre conception de la famille parfaite ! En effet la Sainteté de la famille du Christ, représentée souvent comme une forme d’idéal un peu mièvre couve pourtant un drame. Un drame que la récupération mondaine de Noël, tout le folklore et le consumérisme tendent à nous faire oublier. Un drame qu’il m’a été donné de regarder en face, à la faveur de fêtes de fin d’années marquées par les réalités souvent difficiles de la vie ! 

Des difficultés, des imprévus, des bouleversements auquel on aimerait échapper mais qui n’ont pas été épargnées, même à la famille de Jésus. Grossesse imprévue, exil forcé, promiscuité, fugue, deuil… Tel a été le lot de Marie et de Joseph et leur Sainteté, a consisté à accueillir les événements avec confiance et abandon au projet divin que le Seigneur voulait réaliser en eux : être un sanctuaire vivant de la présence de Dieu, pour le monde !

Car en somme, c’est cela la famille ; un Projet ! Un projet entaché par le péché certes, mais que l’avènement du Christ au sein d’une famille nous donne de regarder avec Espérance !  Un Salut que chacun de nous est appelé à invoquer pour lui et les siens, un règne qu’il nous faut demander et contribuer à répandre par l’intercession et la conversion. Un défi que nous relèverons au moyen de la grâce, par l’action de l’Esprit-Saint qui transforme les cœurs !

Ainsi, en cette année 2021 dédiée par le Pape François à la famille et confiée à l’Intercession de Saint Joseph, Patron de l’Église Universelle, relevons le défi de l’espérance pour nos familles, surtout les plus difficiles et osons prier pour elles afin que le règne de Dieu arrive véritablement au milieu de nous !

Photo par Akemy Mory sur Unsplash

«

»

what do you think?

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :