#RelationshipGoals : Réévaluer nos croyances sur l’Amour !

Le hashtag “Relationship Goal ” anime les réseaux sociaux depuis un certain nombre d’années, mettant en lumière les modèles de couples, généralement des célébrités, qui font vibrer le cœur des internautes et incarnent leurs idéaux amoureux… J’aimerais pouvoir dire que je fais exception, mais hélas, j’en ai eu moi aussi, des #Relationshipgoals. Néanmoins, les années de mariage se comptant en années de chien à Hollywood, la plupart je crois, se sont soldées par des divorces, aïe !


« Elle court, elle court, la maladie d’amour… »

Depuis un certain moment, j’ai commencé à me demander quelle était la véritable vocation des relations humaines. Avouons-le, elles occupent une place fondamentale dans notre expérience d’hommes et de femmes. Nos relations amicales, familiales ou amoureuses occupent nos pensées, animent nos conversations, déchainent nos passions. Cependant, même en étant animé des meilleures intentions, il semble parfois que certaines d’entre elles restent compliquées, conflictuelles, insolvables…

La révélation chrétienne nous dit que l’être humain, créé par amour et par l’amour, est fait pour l’amour. Une soif qui semble nous habiter et presque nous obséder par moment. « Qui m’aimera et qui aimerais-je ? » Donnons-nous parfois l’impression de ruminer en nous-même.

Mais il est intéressant de constater que derrière le mot ou le concept d’amour, chacun projette ses propres croyances, définitions, idéaux et critères. Et c’est là que bien souvent, commence le drame ! 


Ensemble de définition

Chacun en fonction de sa sensibilité, de son éducation, de sa culture, de sa tradition ou de son sexe porte une conception de l’amour qui ne fait pas nécessairement « consensus ». De nombreux auteurs se sont d’ailleurs penchés sur la question. Je pense spontanément à des livres comme « Les hommes viennent de Mars, les femmes viennent de Vénus » de John Gray ou «  les 5 langages de l’amour » de Gary Chapman à qui je crois, de nombreuses personnes, en couple ou pas créditent aujourd’hui le salut de leurs relations. 

Ainsi, face à au constat, non seulement de toutes les différences de représentations de l’amour, mais des limites de la langue française, qui pour traduire ce que l’on ressent pour son conjoint, son chien, sa mère ou le chocolat nous fait parfois utiliser le même mot, peut-être faut-il trouver un nouveau vocabulaire, de nouveaux mots, un nouveau langage ?

Un mot en particulier m’apparait comme reflétant la somme de nos aspirations relationnelles. C’est : « la communion » ! Ce mot me touche particulièrement, car il reflète l’idée d’une union qui transcende justement les différences et l’altérité, sans forcément les détruire ; une union réciproque… Cette réalité, aspiration de nos âmes est pour moi le signe que nous avons été créés à l’image d’un Dieu qui est Communion d’Amour et qui nous appelle à « communier » avec lui !


L’Amour “Christique”

Cette communion, qui rime aussi avec communication, ne me semble pas possible sans le don de soi. Et c’est là pour moi le lieu d’un autre drame ; le repli et l’instrumentalisation

Entrer en relation avec autrui suppose une disposition à se donner, à se faire connaître, voire à se livrer. Bien sûr, il faut user de discernement et de prudence pour choisir à qui l’on se donne, mais fondamentalement, notre vocation, c’est le don de nos vies. L’écriture d’ailleurs est formelle :

« Voici comment nous avons reconnu l’amour : lui, Jésus, a donné sa vie pour nous. Nous aussi, nous devons donner notre vie pour nos frères. » (1 Jean 3:16)

Cela me pousse à me poser une question : envisageons-nous aujourd’hui nos relations sous l’angle de ce que l’on veut donner, de nos dispositions à nous donner ou de ce que l’on cherche à obtenir de l’autre ; du profit ? Sommes-nous des serviteurs, des avares ou des profiteurs ?


Amour et consommation

La tradition fait la distinction entre un amour dit captatif et l’amour oblatif. L’Amour captatif est un amour de « prise », qui cherche à se saisir, à posséder et à utiliser l’autre, là où l’amour oblatif s’offre, se donne, fait exister l’autre et le libère. Le Christ le confirme quand il déclare : « Il n’y a pas de plus grand amour que de donner sa vie pour ceux qu’on aime » (Jn 15,13). Il l’aura démontré dans son propre sacrifice !

Le don, fait écho pour moi à la gratuité, à la plénitude et à la liberté. Cette liberté du don est la manifestation d’une santé voir d’une sainteté intérieure qui est une grâce

Oui, l’Amour Véritable est le fruit de l’Esprit-saint ! (Ga 5,22) Nos histoires compliquées, nos blessures et les conséquences du mal en nous, rendent difficile la manifestation de cette qualité d’amour, de cette liberté devant nos vices, convoitises et notre concupiscence. En vérité, on cherche bien souvent à se remplir ; à “consommer” l’autre… Dans bien des cas, c’est un mécanisme de survie ou la manifestation de troubles plus profonds. C’est d’ailleurs le lieu d’un certain réalisme et de beaucoup d’empathie.

・・・

On donne difficilement ce qu’on n’a pas reçu et si le chrétien est appelé à aimer, c’est d’abord parce qu’il a reçu la manifestation de l’amour en Jésus-Christ. Aimer en vérité est un combat spirituel et l’écriture nous prévient :

« Les tendances de la chair s’opposent à l’Esprit et les tendances de l’Esprit s’opposent à la chair. En effet, il y a là un affrontement qui vous empêche de faire tout ce que vous voudriez. » (Ga 5,17)

Ma sœur, qui est étudiante en psychologie me disait récemment que Freud définissait l’adulte par sa capacité d’aimer. Je crois qu’on peut y déceler une belle intuition sur la maturité intérieure qu’exige l’amour véritable… 

Pour clore mon propos, j’aimerais vous partager une remarque saisissante sur le mariage que nous fit le Père Philippe des Gens, vicaire de la Paroisse Saint Louis d’Antin lors d’une de ses homélies. Il attira notre attention sur le fait qu’à la mairie, la formule de l’échange des consentements dit : « voulez-vous prendre pour époux/épouse ? » Là où le rite du sacrément de mariage dans l’Église catholique fait dire aux fiancés : « je te reçois comme époux/épouse et je me donne à toi. »

À méditer 🙂

4 comments
  1. Magnifique article!! I appreciated every single line 🥰😁
    Et la remarque du prêtre, wow!! Prendre ou recevoir comme un don! Merci beaucoup ❤

  2. Merci pour ce bel article!
    Que le Seigneur Dieu, à travers l’Esprit Saint que nous avons reçu, nous rendent chaque jour digne de manifester l’amour que nous continuons de recevoir de Lui.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Vous Aimerez Aussi