L’Appel politique du chrétien !

“La politique, c’est un milieu sale et corrompu… “
“La politique est une bête ! Dès que tu y rentres, elle perd ton âme !

Ce sont des phrases que vous avez sûrement déjà entendues à plusieurs occasions, et qui influencent le regard de nombreux chrétiens sur la politique. En effet, lorsqu’on parle de politique, il est entendu de facto la fonction, le rôle d’élu ou de dirigeant politique. Cependant, d’un point de vue étymologique, le mot politique n’est pas réductible à la simple fonction élective ! Son sens à redécouvrir, nous invite en tant que chrétien, à répondre à notre appel politique ! 

« Tout Homme est par nature un animal politique. Et la première réalité politique, c’est la famille. »

Aristote

Cette citation d’Aristote peut sembler étrange, et pourtant elle exprime bien le sens étymologique du mot politique, du grec polis, signifiant cité. Ici, la cité n’est pas l’équivalent de la ville, mais plutôt le regroupement de plusieurs communautés et familles. Dans cette perspective, notre vie serait par nature et par essence politique. Elle est ouverture à l’autre, car aucun être humain ne peut se réaliser tout seul. 

Photo par Jimmy Dean sur Unsplash

Notre vie est politique, car procédant d’une relation et ayant vocation à être vécue avec et pour les autres. Ainsi, à commencer par le terreau familial, l’être humain est sensé de préoccuper de la question du Bien Commun. C’est un devoir pour tous. Voici donc notre appel politique : contribuer à travers notre charisme particulier à ce que l’amour et la vie du Christ infusent toutes les sphères de notre société. En tant que chrétiens, nous ne pouvons donc pas nous dérober à cet appel, peu importe notre profession, car à l’image du Christ, nous sommes invités à servir l’humanité. 


La démocratie “chrétienne”

En ce sens, Frédéric Ozanam (1813-1853), un laïc et bienheureux de l’Église Catholique (béatifié par le pape Jean-Paul II le 22 août 1997), apparait comme une belle source d’inspiration pour nous et pour notre société qui vit une crise du Bien Commun ! Professeur de littérature étrangère à la Sorbonne, historien et essayiste catholique français, il est le fondateur de la Société “Saint-Vincent-de-Paul (1833). 

À travers cette organisation caritative au service des personnes seules et démunies, Frédéric Ozanam a voulu « enserrer le monde dans un réseau de charité » ! Il y a vu un moyen de penser davantage l’organisation de la cité, envisageant la question sociale comme une problématique morale et spirituelle. Il développera dans la même veine, l’idée de la démocratie “chrétienne”. Une pensée qui a inspiré nombre d’hommes politiques prestigieux, issus d’horizons et d’idéaux divers. D’ailleurs, la démocratie chrétienne a inspiré les pères du projet de l’Union Européenne. Quel héritage 

Voici un extrait du site Aleteia sur la vision de la démocratie chrétienne de Frédéric Ozanam : 

« Une vision spécifiquement chrétienne, différente d’un gouvernement de la majorité donnant au plus grand nombre un pouvoir sans limites. Ozanam pense à une démocratie chrétienne mue par le service mutuel, guidée par Dieu, c’est-à-dire par la conscience des citoyens selon la notion thomiste de loi naturelle. Dans un article intitulé « Du divorce », il établit un parallèle entre la démocratie et le mariage. Il voit dans le mariage un sacrifice mutuel pour bâtir une famille, et il considère que cet « esprit de sacrifice » est le même que celui qui fonde la République : un sacrifice de chacun pour le bien de tous, comparable au sacrifice du Christ sur la Croix. »

Charles Vaugirard — Aleteia
Photo par Camylla Battani sur Unsplash

Face à un monde qui a soif d’artisans du Bien Commun, il convient que nous nous prêtions l’oreille aux appels de notre société, de nos communautés humaines, afin qu’à l’exemple du Bienheureux Frédéric Ozanam, nous puissions devenir, chacun selon les dons et talents reçus de Dieu, des artisans du Bien commun.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Vous Aimerez Aussi