La fille de tant de larmes !

Le titre du blog est inspiré du livre « Le fils de tant de larmes », du Père Franck Stéphane Yapi que j’ai lu et dont j’ai envie de vous parler aujourd’hui.


Il fallait que je lise ce livre pour me rappeler des chemins par lesquels je suis passée, de celui qu’il me reste à parcourir, plein d’espérance et d’amour. Grâce à lui, je fais mémoire qu’un jour, j’ai eu une mère qui s’est agenouillée pour prier le Seigneur pour moi. Ça m’a ramené aux périodes sombres de ma vie. Je réalisai l’amour infini que mes parents m’ont donné.

•••

On dit souvent qu’on ne choisit pas ses parents, mais nous oublions que les parents ne choisissent pas non plus leurs enfants. Aimer l’enfant “bandit”, l’enfant qui nous trahit, l’enfant qui n’est pas là où on l’attend… On peut donner toutes les bases à son enfant et tout ce dont il a besoin. Il pourra tout de même emprunter les mauvais chemins. Pourtant, il reste notre enfant…


 Voici l’une des prières que ma mère ne cessait de répéter. Elle a crié à Dieu pendant plus de quatre ans. Là où ma vie était changeante et plus rien n’était comme avant.

Mes parents, surtout ma mère, sont de fervents Chrétiens Catholiques. Cependant, plutôt que de me condamner, ils m’ont regardé me chercher tout en se contentant de prier. Ah ! Si je suis la femme que vous voyez aujourd’hui, c’est parce qu’un jour, ma mère a décidé de s’agenouiller et de prier Dieu de toutes ses forces. Tout cela afin qu’il me localise là où je me suis perdue.

Si vous me voyez parler de mon amour en Jésus-Christ, c’est parce que j’ai eu une mère qui a été patiente dans la prière et m’a laissé faire d’autres choix. Savez-vous que j’ai été musulmane à une période de ma vie ? Oui, j’ai été musulmane (fin 2007- septembre 2011), je ne m’en cache pas. À la recherche de ce Dieu que je ne connaissais pas vraiment. 

D’ailleurs, si je suis une chrétienne affirmée, c’est parce que j’ai découvert Jésus-Christ au travers de l’Islam. J’y ai appris, la régularité, la fidélité à Dieu et l’Assomption (assumer ce que l’on est). Un jour peut être, j’en parlerai… 


En lisant la prière que la mère du Père Stéphane ne cessait de répéter, j’ai pu sentir sa déchirure là où jamais je n’avais compris ce que la mienne avait enduré. Ce livre a été le reflet d’une partie de mon histoire ; il y a tellement de choses que j’aurais pu annoter. Ce que je veux retenir, c’est la puissance de la prière parentale, mais surtout maternelle. Nous n’avons qu’une mère ! Et moi, j’ai eu une mère pleine de foi.

Quant à vous Père Stéphane, je vous dirai la même chose que j’ai dite à cette mère de cœur qui m’a recommandé votre livre : “Vous serez un saint !” Je ne parle pas d’un homme parfait exempt de tout défaut, mais plutôt d’un homme qui sert un Dieu Parfait et dont le témoignage est une lampe dans beaucoup de vallées de lamentations.

Chacune de vos lignes est comme une station d’eau qui nettoie les saletés de nos mémoires. Elles laissent la place à une espérance nouvelle. Vos souffrances n’ont pas été vaines. 

Soyez béni note futur Saint. Au plaisir de vous rencontrer à nouveau !

Source : OKédjè’s Testimony

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Vous Aimerez Aussi