Anne & Joachim et le Mystère de la Stérilité

Le 26 juillet, l’Eglise Catholique célèbre la mémoire d’Anne et Joachim, parents de la Vierge Marie et grands-parents du Christ. S’il est vrai que ni les noms de ces derniers, ni les antécédents familiaux de Marie ne sont développés dans les évangiles canoniques, nombreux sont les textes qui ont été écrits dès les premiers siècles au sujet de la Sainte Famille, de l’enfance du Christ ou de ses parents. C’est ainsi qu’un évangile dit “apocryphe”1 relate les circonstances de la naissance de la mère du Christ, à travers l’histoire de son Père Joachim ( “Dieu accorde” ) et de sa mère Anne (“la gracieuse”). 

Comme un air de “déjà–vu”

Ce texte nommé “protévangile de Jacques”, du nom du cousin du Seigneur, nous présente un couple dont les réalités semblent familières aux lecteurs assidus de la Bible. Joachim et Anne sont de pieux et religieux notables qui, malheureusement, sont frappés d’infertilité. Ce qui vaut à Joachim d’être humilié dans le temple… À ce stade, comme je disais tantôt, on a envie de se dire : “encore un couple de vieillards infertiles ! ” Car si on connaît Abraham et Sarah, Anne, Zacharie et Elizabeth, on est déjà un peu habitués à ce prototype. 

Le texte ne nous décevra pas ! Joachim reçoit d’un ange, la nouvelle de la naissance future d’une fille qui sera la mère du Messie ! Pas très original vous me direz, et je serai d’accord avec vous. Il semble y avoir une volonté affirmée de l’auteur de présenter les parents de Marie dans la tradition de certains parents “stars” de l’histoire sainte ! 

Cependant, ce qui titille ma curiosité c’est la récurrence justement du thème de la “stérilité” dans l’histoire des patriarches et de certains prophètes. Pourquoi Abraham et Sarah, Isaac et Rebecca, Jacob et Rachel et bien d’autres ont-ils traversé, ne serait-ce-que pour un temps, le désert de la stérilité ? Pourquoi certaines des plus illustres figures de la Bible sont des fruits du “miracle” ? Y a-t-il un quelconque message à en tirer ? Je crois que oui.

Qui est le Père ?

Dans une société qui semble tenir toute forme de limitation en horreur, la problématique de la stérilité nous met face à une vérité toute simple : l’homme n’est pas tout-puissant ! Et ce n’est pas une fatalité ; juste un fait qu’il faut savoir reconnaître avec humilité. C’est justement parce qu’il est limité qu’il est un être humain. La limite, quelle qu’elle soit, nous rappelle que nous ne sommes pas Dieu, que nous ne pouvons pas tout faire ou tout avoir. De plus, pour en revenir à la parentalité, elle pose la problématique de la vie ; du don de la vie

Mais qu’est-ce-que la vie ? Se pose-t-on seulement la question ? Est-ce une réalité purement biologique ou recouvre-t-elle des aspects métaphysiques ? Des questions liées au sens, à sa finalité, sa vocation ? D’où venons-nous ? Nous satisfaisons-nous seulement du fait d’être nés de nos parents ? Cette seule information réussit-elle à combler toutes nos questions existentielles ? Pas sûr !

À travers les épisodes de stérilité que raconte la Bible, le Dieu d’Israël se révèle comme l’origine de toute vie et par conséquent, de toute paternité et maternité. Toute parentalité procède de la sienne et en cela, je dirais que la stérilité des figures susmentionnées prend une valeur “prophétique”. Elle est un signe gravé dans la chair même des prophètes qui révèle que Dieu est le premier Père et que l’existence humaine trouve sa source en Lui.

Car en exauçant la prière d’Abraham et de Sarra, d’Isaac et de Rebecca, de Jacob et de Rachel, d’Anne mère de Samuel, Zacharie et Elizabeth, il ne fait pas que donner une chair, il donne un sens, une prophétie et une vocation, manifestant une autorité sur la vie et la création que nos esprits peuvent à peine comprendre. 

La question qui fâche

“Avant même de te façonner dans le sein de ta mère, je te connaissais” (Jr 1,5)

Comment comprendre cela ? Dans une société où l’on se divise au sujet du “commencement” de la vie, où l’on cherche à savoir si la vie démarre à la conception ou si un fœtus est un être humain, la Parole de Dieu nous introduit dans une dimension qui précède toute réduction biologique, qui défie le temps et l’espace historique pour nous élever vers l’éternité. Dieu est hors du temps, Il l’a créé et ne peut lui être soumis.

C’est la réponse que l’anthropologie biblique révèle et rappelle à l’homme qui, depuis le jardin d’Eden est soumis à la tentation de s’approprier la création, de convoiter le don, de réduire le réel à ce qu’il comprend et de juger par lui-même. Mais l’avertissement du Dieu de la Bible demeure et le danger de la mort spirituelle guette, car nous aurons beau essayer de mettre la main sur la vie, elle finira toujours par nous prendre de court et nous apprendre, qu’avant nous :  Il est !” 

2 comments
  1. Très bel article. Très actuel. La Stérilité est une épreuve à laquelle plusieurs couples, notamment, chrétiens sont confrontés. Avec l’avancée de la science et de la medicine, les solutions pour essayer de résoudre ce problème sont de plus en plus multiples. Certains couples chrétiens optent pour l’aide de la science (tout en priant) et d’autres décident d’attendre la promesse de Dieu s’accomplir. C’est un sujet sur lequel il est difficile de se prononcer même en tant que Chrétien. Cependant, je voudrais encourager mes frères et sœurs qui traversent cette épreuve à garder les yeux fixés sur le Seigneur et sa parole, parce que comme le dit le texte au dessus, le problème de la stérilité n’est pas nouveau. Il l’a déjà soigné dans le passé et peut encore le faire aujourd’hui pour chacun selon son plan. Amen.
    Merci beaucoup!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Vous Aimerez Aussi