Qu’est-ce-que la contemplation ?

« La contemplation est la plus grande expression de la vie spirituelle et intellectuelle de l’homme… C’est l’émerveillement spirituel. C’est un émerveillement spontané devant le caractère sacré de la vie, de l’être. C’est la réalisation vive du fait que la vie et l’être en nous procèdent d’une source invisible, transcendante, et infiniment abondante. Au-delà de tout, la contemplation c’est devenir conscient de la réalité de cette source. »

~ Thomas Merton, New Seeds of Contemplation. (Ma traduction)

Si nous acceptons cette belle définition que nous offre Thomas Merton, alors la place de la contemplation dans la vie d’un chrétien est essentielle. Par la contemplation, nous touchons au cœur même de notre foi et nous puisons à la source inépuisable de la vie divine.

Pourtant, lorsqu’on parle de contemplation, on n’est pas toujours sûr de ce dont il s’agit. C’était mon cas lorsque j’entrais dans l’Ordre des Capucins Franciscains il y a quelques années. Je ne savais pas vraiment quelle était la différence entre méditation et contemplation par exemple, et quelle importance la contemplation pourrait bien avoir sur ma vie spirituelle. Mais j’ai appris qu’il y a des différences importantes, et que poursuivre la contemplation dans notre vie est essentiel pour pouvoir connaître, aimer, et servir le Christ au quotidien.

Contemplation vs Méditation

Dans ma communauté, nous pratiquons à-peu-près une heure de méditation par jour. La méditation, comme dit le Catéchisme de l’Eglise Catholique, « est surtout une recherche. L’esprit cherche à comprendre le pourquoi et le comment de la vie chrétienne, afin d’adhérer et de répondre à ce que le Seigneur demande » tout en employant « la pensée, l’imagination, l’émotion et le désir » de la personne humaine. (CEC 2705, 2708). 

Dans la méditation, nous disciplinons notre attention afin de comprendre les choses comme Dieu les voit. Nous cherchons à percevoir la pensée même de Dieu. C’est pourquoi nous nous aidons très souvent de livres spirituels comme les Saintes Ecritures ou des écrits de Saints, pour entrer dans les mystères de Dieu, ou comprendre les évènements du quotidien. ⎡Je ne voudrais pas trop entrer dans les détails de la méditation puisque ce n’est pas le sujet de cet article, mais je pense que ceci est nécessaire pour tirer une distinction entre les deux formes de prière.⎦

En effet, dans la contemplation, nous ne venons plus devant Dieu avec des interrogations. Nous venons avec une totale admiration devant ses œuvres et un simple désir de communion. Bien que toutes les autres formes de prière (adoration, contrition, louange, action de grâce, méditation) aient leur place dans la vie spirituelle, la contemplation est de loin la plus grande car elle nous pousse à aller vers Dieu parce qu’il est Dieu, pas pour ce qu’Il pourrait nous apporter. 

La contemplation, aussi appelée Oraison « est la remise humble et pauvre à la volonté aimante du Père, en union de plus en plus profonde à son Fils bien-aimé. » (CEC 2712) Il s’agit d’approcher Dieu avec émerveillement, devant ce qu’Il a fait en nous, dans les autres, et dans la Création tout entière. Nous venons en admiration, tout simplement pour être enveloppés de sa gloire et nous remettre entre ses mains. Dans l’oraison, le Père nous « arme de puissance par son Esprit pour que se fortifie en nous l’homme intérieur, que le Christ habite en nos cœurs par la foi et que nous soyons enracinés, fondés dans l’amour » (Ep 3, 16-17). Comme dit Sainte Thérèse d’Avila, « L’oraison mentale n’est, à mon avis, qu’un commerce intime d’amitié où l’on s’entretient souvent seul à seul avec ce Dieu dont on se sait aimé ». 

C’est dans la contemplation que nous apprenons à voir comme Dieu voit, à parler tel que Dieu parle, et à aimer tel que Dieu aime. De fait, la contemplation est à mon sens, le véritable but de la prière. On ne prie pas uniquement pour changer sa situation de vie ou  alléger ses souffrances. Tout cela est important et nécessaire, mais cela deviendra vite du marchandage spirituel si nous ne gardons pas en vue que le but de notre vie spirituelle est d’abord et toujours l’union intime avec la Sainte Trinité

« L’oraison cherchecelui que mon cœur aime ” (Ct 1, 7 ; cf. Ct 3, 1-4). C’est Jésus, et en lui, le Père. » (CEC 2709)

Comment Contempler ?

De prime abord, il faut dire qu’entrer en contemplation est plus facile pour certains que pour d’autres. Pour ma part, c’est une forme de prière qui est encore difficile à pratiquer. De fait, je voudrais déjà vous encourager à ne pas abandonner, mais à persévérer. Le Catéchisme résume bien la méthode pour entrer en Contemplation : « rassembler le cœur, recueillir tout notre être sous la mouvance de l’Esprit Saint, habiter la demeure du Seigneur que nous sommes, éveiller la foi pour entrer en la Présence de Celui qui nous attend, faire tomber nos masques et retourner notre cœur vers le Seigneur qui nous aime afin de nous remettre à Lui comme une offrande à purifier et à transformer. » (CEC 2711 ; emphase ajoutée) 

Ainsi pour entrer dans une contemplation pure, nous avons besoin de silence, d’un espace où nous pouvons réellement nous retrouver seuls dans notre cœur avec Dieu. C’est pourquoi les nuisances sonores ou visuelles n’aident pas toujours dans la contemplation. On recherche d’abord le Dieu qui vit en nous pour pouvoir l’écouter, l’admirer, le désirer. Dans la contemplation de Dieu, « je l’avise, et Il m’avise » disait St. Jean Marie Vianney. Le plus difficile parfois, c’est d’accepter que nous n’ayons pas grand-chose à dire.

Mais là est tout le défi de la contemplation. En elle nous nous offrons entier au Seigneur et acceptons tout ce qu’Il est et tout ce que nous sommes. Nos soucis, nos problèmes, nos persécutions, et nos angoisses pâlissent devant la beauté et la sérénité que procure la Présence du Seigneur. En elle, nous sommes simplement satisfaits du fait que nous sommes aimés de ce Dieu merveilleux en qui nous vivons.

Ce qui m’a aidé à commencer la contemplation, c’est l’adoration silencieuse du Saint-Sacrement. Dans ma fraternité, nous le faisons tous les dimanches. C’est un moment où je me retrouve face au Christ dans l’Eucharistie, où je peux physiquement le regarder pendant qu’il me regarde, et simplement demander à l’Esprit Saint de m’apprendre à contempler. Ce n’est pas facile et très souvent, je dois me rabattre sur la méditation des écritures ou du Rosaire pour m’aider à tenir. Mais de plus en plus, je trouve de l’aisance à rester en présence du Seigneur.

Bienfaits de la contemplation dans ma vie

La contemplation m’a apporté déjà beaucoup de choses dans mon travail quotidien. Tout d’abord, je suis beaucoup plus à l’aise avec le silence. Avant, le silence me dérangeait. Il fallait toujours que je remplisse le « vide » avec quelque chose. Maintenant, je peux prendre toute occasion de silence comme un temps en présence du Seigneur. De plus, la contemplation ouvre mes yeux sur la présence de Dieu en d’autres. Je l’avoue, ce n’est pas toujours facile à voir, mais plus j’arrive à m’abandonner au Seigneur, plus la théorie de la foi sur le caractère sacré de chaque être humain, quel qu’il soit, devient une réalité ! 

Le troisième grand don de la contemplation dans ma vie est de pouvoir mettre toute chose dans la perspective de l’éternité, de la gloire même de Dieu. Il est tellement facile de ne voir que ce qui est devant nous et de se sentir submergé, voire étouffé, par tout ce qui arrive autour de nous. Grâce à la contemplation, j’arrive à rester serein car je commence à percevoir la main de Dieu, même dans les situations les plus complexes et les plus désespérantes.

Tout ceci je pense, est très important pour des Chrétiens qui veulent vivre leur foi au quotidien. Parfois nous pensons que si nous faisons tout bien, si nous accomplissons notre part du contrat, Dieu nous accordera tout ce qu’on désire, tout ce qui est bon et bien dans ce monde. Mais nous serons vite déçus si nous ne venons pas à réaliser que Dieu continue de nous aimer et de nous former à l’image merveilleuse de son Fils Jésus-Christ, à travers les difficultés de la vie, à travers tout ce qui ne va pas comme prévu. Par la contemplation, nous arrivons à voir cette Main invisible de Dieu à travers tout. Aussi, sans la contemplation, il nous est facile de minimiser notre action et notre impact quotidiens. Pourtant, celui qui a vu la gloire de Dieu dans les endroits les plus infimes trouve une vraie paix dans l’accomplissement du peu qu’il peut accomplir, car il sait combien ce peu peut avoir un impact entre les mains du Très-Haut. 

• • •

En définitive, la contemplation nous permet de reconnaître Dieu dans toute la création, sans tomber dans une déification de la nature ou de l’être humain. Par la contemplation nous arrivons à reconnaître et vénérer l’œuvre de Dieu pour la beauté et la bonté qu’elle nous révèle de Lui, et à poser des actions qui le glorifient ; des actions qui Lui rendent témoignage et conduisent les autres à découvrir son visage.

La contemplation est nécessaire pour une action Chrétienne effective et surtout fidèle à l’Evangile. Tout ceci n’est possible – absolument – que par la grâce de Dieu ; c’est l’Esprit-Saint qui nous apprend à prier, qui en nous crie « Abba, Père » (Gal 4,6) et qui nous apprend à contempler la beauté de la vie divine. Demandons-Lui donc cette grâce au quotidien, et laissons-nous guider avec patience et de gratitude. 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Vous Aimerez Aussi