TOP
Journal Marlène Noël

Noël Continue !

Si, si ! Vous avez bien lu ; Noël continue… 

Pour le commun des mortels, Noël est synonyme de tables superbement dressées , de somptueux couverts, de mets succulents et de magnifiques décorations lumineuses. Noël, c’est être entouré des gens qu’on aime, s’offrir des cadeaux, écouter en boucle les chants associés à la saison et pour les plus téméraires, aller à la messe et chanter « les anges dans nos campagnes » à tue-tête !

Pour le commun des mortels, Noël, c’est la nuit ou le jour le plus exceptionnel de l’année; où tout le monde fait l’effort d’être de bonne humeur, se met sur son 31 ; où tout est parfait ! Et puis sans trop le réaliser, le temps passe, Noël tire sa révérence et ensuite, c’est le retour du quotidien et de la routine… Ce quotidien dont on cherche tant bien que mal à s’échapper. On commence petit à petit à enlever les décorations et les fioritures, et le compte à rebours est lancé jusqu’à l’an prochain.

Pourtant à Noël, les chrétiens commémorent le jour où Le Seigneur a déchiré les cieux et est descendu parmi nous; sans feu d’artifice, sans fioriture ni entrée triomphale. Il est descendu en naissant dans une crèche, emmailloté dans une mangeoire, au milieu des moutons et des chèvres un jour des plus ordinaires… Une méditation des frères carmes précisait alors qu’une femme toute simple a fait pour son enfant cette nuit là, les gestes tout simples que toutes les mères font depuis des siècles : nourrir, langer, bercer, cajoler…

Cette jeune femme bien que sachant tout le mystère autour de son enfant, a posé pour lui, jour après jour, les gestes ordinaires de la vie ! Elle qui avait été toute bouleversée par la visite de l’ange, était entrain de réaliser son appel de servante du Seigneur à travers les tâches les plus ordinaires du quotidien. L’exemple de Saint Joseph, père adoptif du fils de Dieu, est aussi concret. Pour répondre à son appel, Joseph a offert à Jésus ce qu’il avait de plus précieux : son quotidien… Il ne l’a pas inscrit à des cours de théologie mais il lui a appris ce qu’il savait faire de mieux . De même pour les bergers qui ont été rejoints par Dieu, sur leurs lieux de travail, près d’enclos à moutons.

À Noël, nous chantons cette nuit où Dieu est devenu l’un des nôtres ; inaugurant son règne comme un petit enfant, entrant sans fracas dans le monde, vivant en Fils de Dieu, nos journées d’hommes, toutes ordinaires. Dans leur méditation, les frères carmes recommandent donc de ne pas le chercher ailleurs qu’en l’ordinaire : Il est ici, et maintenant, pour nous ! Il est né, il est au monde, Dieu avec nous, Emmanuel ! Noël ce n’est donc pas un jour extraordinaire de l’année, mais c’est chaque jour où nous laissons Dieu descendre au milieu de nous

Mère Teresa disait à juste titre : « C‘est Noël chaque fois que vous souriez à votre frère et lui tendez la main, chaque fois que vous vous taisez pour écouter quelqu’un, chaque fois que vous tournez le dos aux préjugés qui relèguent les opprimés aux confins de leur isolement, chaque fois que vous espérez avec les prisonniers, ceux qui sont chargés du poids de la pauvreté physique, morale ou spirituelle, chaque fois que vous reconnaissez avec humilité vos limites et votre faiblesse. C’est Noël chaque fois que vous permettez à Dieu d’aimer les autres à travers vous. »

Noël continue donc et en rangeant nos décorations, nos santons et nos boules de Noël dans les cartons, interdisons nous d’y enterrer également notre joie et notre émerveillement. Cette joie et cet émerveillement doivent être nourriture pour le quotidien, qui lui, est le vrai trésor ! Le quotidien est bien plus important, bien plus urgent et bien plus significatif qu’il ne paraît. C’est ce que je vois tous les jours, ce que j’entends tous les jours, qui me façonne. C’est à travers mon vécu quotidien que Dieu me parle.

Alors que beaucoup parmi nous cherchent leur appel, leur lieu de mission, il est urgent de se rappeler que le quotidien est le premier lieu de service. Je ne choisis pas par préférence toutes mes activités quotidiennes ni tous les gens qui le composent. Pourtant, chaque personne que je croise dans ma journée et chaque situation a quelque chose à m’apporter si je suis ouvert(e) et disponible à la rencontre, ouvert(e) à me donner du mal, à me traiter moi ainsi que les autres avec bienveillance, à toiletter mon quotidien avec la joie et l’émerveillement de Noël.

Réalisons nous que le Christ, Dieu fait homme, a quitté son trône de gloire pour vivre notre quotidien pendant 30 ans, en anonyme, dans un petit village paumé dont il se disait que rien de bon ne pouvait sortir ? Le quotidien est un trésor si le cœur y est, si le cœur y est attentif. Ainsi, comme la Sainte Famille, soyons prêts à bondir, prêts à nous lever et à exécuter la volonté de Dieu ( cf Mt 1, 24; 2, 14) – prêts à être des envoyés de Dieu au service de nos frères et sœurs par notre disponibilité au quotidien. Noël continue !

« Nous ne pouvons pas faire que nous ne soyons, à chaque instant, les envoyés de Dieu au monde. Jésus en nous ne cesse pas d’être envoyé, au long de ce jour qui commence, à toute l’humanité, de notre temps, de tous les temps, de ma ville et du monde entier…

A travers les proches frères qu’il nous fera servir, aimer, sauver, des vagues de sa charité partiront jusqu’au bout du monde, iront jusqu’à la fin des temps. Béni soit ce nouveau jour, qui est Noël pour la terre, puisqu’en moi Jésus veut le vivre encore. Ainsi soit-il. » – Madeleine Delbrêl

Photo par Matthew Henry sur Burst 

«

»

what do you think?

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :