TOP
José-Maria Pâques

J’ai vu le Seigneur

Dans notre société expérientielle et férue de sensationnalisme, il est facile de se laisser emporter dans la cadence, même en étant chrétiens. Il n’est d’ailleurs pas rare d’entendre des chrétiens trouver qu’ils n’ont rien « senti » lorsqu’ils sont allés à la messe, ou changer d’église parce qu’une église fait vivre une expérience plus « wow » qu’une autre, et j’en passe. Pour la petite confession, il y eut un moment dans ma marche chrétienne où je me suis laissée entraîner dans ce raisonnement. Ainsi, je nourrissais secrètement le rêve de recevoir une apparition de Jésus que j’aime tant, de pouvoir le voir et le toucher…. 

L’erreur la plus courante que commettent aujourd’hui les chrétiens dans le domaine de l’adoration consiste à rechercher une expérience plutôt que Dieu lui-même. Ils attendent de ressentir quelque chose et lorsque c’est le cas, ils en concluent qu’ils ont adoré Dieu. Faux ! En réalité, il arrive souvent que Dieu enlève nos sentiments pour que nous ne dépendions pas d’eux. Rechercher un sentiment, même celui de la proximité à Christ, ce n’est pas adorer.

Rick Warren – Une vie motivée par l’essentiel

J’étais à côté de la plaque ! Et les propos de Rick Warren sont très justes. D’ailleurs à chaque fois que les relents de ce fantasme faisaient surface, le Seigneur me mettait à cœur des questions qui je l’avoue, mettaient le doigt sur la superficialité de ma quête :

Pourquoi ? Est-ce pour dire à tous que tu m’as vu et ensuite te gonfler d’un orgueil spirituel silencieux ? Est-ce parce que tu veux renforcer ta foi ? Si c’est le cas, rappelle-toi de ce qui a été dit à Thomas : « Heureux ceux qui croient sans avoir vu »

En discernant sur ces questions, je voyais bien que les motivations sous-jacentes à mon désir étaient non seulement superficielles, mais aussi que mon regard sur Dieu était mal ajusté.

Finalement, j’ai compris qu’au quotidien je vois, et nous voyons le Seigneur. C’est bien souvent notre perspective qui nous joue des tours ! C’est pourquoi je vous fais ce petit partage aujourd’hui. Pour cela, j’aimerais nous plonger dans le récit de la résurrection de Jésus dans l’évangile de Jean au chapitre 20. 

Après les évènements de la passion du Christ et de sa mort en croix, il est mis au tombeau. Mais le troisième jour, quelque chose d’à la fois extraordinaire et surprenant se produit : sa Résurrection ! Mais si nous le savons d’avance, ce n’est pas encore le cas des protagonistes de l’histoire à ce moment.

Ainsi, Marie de Magdala part au tombeau au crépuscule de ce troisième jour, et voit que le corps de Jésus n’y est plus. Affolée et dans tous ses états, elle appelle Pierre et Jean, et leur dit: « Ils ont enlevé du sépulcre le Seigneur, et nous ne savons où ils l’ont mis. » (Jean 20 :2). Dans cette même scène, lorsque Pierre et Jean vont au tombeau, on voit que des trois, un seul à ce moment voit le tombeau vide et croit : « Il vit et il crut » (Jean 20 : 8).

Tous les trois ont vu la même chose, mais la différence est que Jean à ce moment, avait vu avec les yeux de son cœur. Les yeux de son cœur avaient compris que ce tombeau vide était le signe de la victoire sur la mort de Jésus, la victoire que Jésus leur préfigurait déjà ! Jean a cru non pas parce qu’il a vu de ses yeux physiques et a touché Jésus, mais parce qu’intérieurement, son cœur qui s’était blotti quelques jours auparavant contre celui de Jésus, avait reconnu la manifestation de la grandeur de l’Amour de Dieu. 

Dans la scène d’après, alors que Pierre et Jean partent, Marie de Magdala reste au tombeau, inconsolable… Elle cherche son Seigneur qu’elle aime tant, et va finir par le trouver ! Oui, notre Dieu se laisse trouver par ceux qui le cherchent de tout leur cœur (Jr 29:13). Ce qui est intéressant lorsqu’elle rencontre Jésus, c’est qu’elle ne le reconnaît pas immédiatement. Elle ne le reconnait que lorsqu’il l’appelle par son nom : « Marie ! » – Jean 20 :16

À l’écho de sa voix, Marie de Magdala est bouleversée intérieurement et se tourne vers son Seigneur qu’elle reconnait maintenant. Marie a cru à ce moment parce que son cœur a entendu et rencontré personnellement le Ressuscité qui connait chacun de nous, nous aime et nous appelle comme elle par notre nom. Marie de Magdala, tout comme Jean a cru non parce qu’elle a vu, mais parce les yeux de son cœur ont vu et entendu. Marie de Magdala est toute heureuse, désire le retenir, le toucher, mais Jésus lui dit ceci :

Ne me retiens pas (Noli me Tangere) ; car je ne suis pas encore monté vers mon Père. Mais va trouver mes frères, et dis-leur que je monte vers mon Père et votre Père , vers mon Dieu et votre Dieu. Jean 20 :17

La réponse de Jésus nous enseigne plusieurs choses, mais dans le cadre de ce partage, je ne mettrai l’emphase que sur deux axes. Premièrement, dans sa Résurrection, Jésus inaugure un nouveau type de relation. Nous rentrons dans l’ère de l’Église, et dans cette ère, notre relation avec lui et le Père se construit dans le Saint-Esprit. Ce n’est plus par nos yeux physiques, mais par ceux du cœur que nous le rencontrons. C’est pour cela que Jésus lui dit de ne pas le retenir car son corps glorieux de Ressuscité doit aller dans son Ascension, et le Saint-Esprit viendra pour qu’il demeure pleinement en nos cœurs. Par ailleurs dans un second temps, nous voyons à travers sa réponse que Jésus nous pousse à aller vers les autres, à le rencontrer dans la communion fraternelle. En nos frères et sœurs dans la foi, nous découvrons aussi le Christ. 

Ainsi, pour revenir à notre point de départ, nous voyons bel et bien Dieu et sa gloire au quotidien, et ce à travers nos cœurs à cœurs avec lui, car par le Saint-Esprit, Christ vit en nous pleinement. Nous voyons la gloire de Dieu également à travers l’Eucharistie (la communion) qui nous rappelle son Amour infini pour nous et qu’il est le Trésor de notre cœur, le Dieu de notre vie et de notre Salut. Enfin, nous voyons le Seigneur à travers la rencontre authentique des autres par la communion fraternelle. 

Aujourd’hui, si vous aussi êtes aux prises avec la tentation du sensationnalisme et de l’expérientiel , rappelez-vous que Jésus nous appelle à cultiver notre vie intérieure car c’est là qu’il nous attend, c’est là qu’il désire que nous nous donnions entièrement à lui et que nous recevions pleinement la révélation de sa Personne. 

Dans son livre « Aimer à l’infini, la véritable philosophie du Christ« , Le philosophe Denis Marquet affirme que l’Amour infini ne se donne pas de prime à bord dans le ressenti, mais implique de poser l’intention de se laisser traverser par l’Amour divin.

Ainsi, puissions-nous nous aussi, jour après jour, laisser les yeux de nos cœurs se laisser traverser et vaincre par l’Amour divin, afin de contempler Sa Gloire en tout et en tous ! Amen. 

Ainsi, dès maintenant, nous ne connaissons personne selon la chair; et si nous avons connu Christ selon la chair, maintenant nous ne le connaissons plus de cette manière. Si quelqu’un est en Christ, il est une nouvelle créature. Les choses anciennes sont passées; voici, toutes choses sont devenues nouvelles. Et tout cela vient de Dieu, qui nous a réconciliés avec lui par Christ, et qui nous a donné le ministère de la réconciliation – 2 Corinthiens 5 :16-18

José-Maria

Photo par Noah Buscher sur Unsplash

«

»

what do you think?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *