Les 3 Chutes de Jésus (3e, 7e & 9e Station)

SUR LE CHEMIN DE CROIX AVEC JESUS

« Le châtiment qui nous rend la paix est sur lui »

Isaïe 53,7

Trois fois Jésus tombe sur le chemin qui le mène au Calvaire, et trois fois il se relève ! Cela en vaut-il réellement la peine ? Il est tellement plus facile de s’abandonner au cynisme et de se renfermer sur soi et son petit monde. À quoi bon s’époumoner à évangéliser un monde sourd ? À quoi bon donner de soi, si c’est pour recevoir des crachats ? À quoi bon se relever si c’est pour aussitôt être abattu ? Le monde ne nous donne guère de raison valable de nous relever, les tendances du monde n’inspirent pas de désir de se battre.

Et pourtant, Jésus ne se résigne pas ; par trois fois il reprend le chemin qu’il sait, le mènera inévitablement à sa mort. « Brutalisé, il s’humilie ; il n’ouvre pas la bouche, comme un agneau traîné à l’abattoir, comme une brebis devant ceux qui la tondent : elle est muette ; lui n’ouvre pas la bouche. » (Is 53,7)

Simplement il se relève, porte sa Croix et avance… Pourquoi ? 



Ce n’est pas une course à la reconnaissance, à la gloire, ou à l’appréciation des uns et des autres que Jésus mène. Ce n’est pas pour être acclamé comme un philanthrope désintéressé qu’il se relève. Bien au contraire, il sait que ceux qui le voient ne voient qu’un criminel. Non, c’est la conviction certaine qu’il accomplit la volonté de Dieu qui le relève ; c’est l’assurance qu’il se livre pour un bien plus grand que toutes ses souffrances qui le fortifie.

Jésus sait que chaque insulte, chaque moquerie, chaque rejet des foules est en réalité le cri de désespoir d’une personne profondément blessée, l’appel au secours d’un être écartelé par le péché. Jésus se relève afin de les délivrer. En effet, « le châtiment qui nous rend la paix est sur lui. » (Is 53,7) Il nous donne un exemple qui détruit en nous tout cynisme. Il y a une bataille plus profonde que nous gagnons lorsque nous faisons face avec humilité au péché du monde, lorsque nous faisons face à l’indifférence des esprits, aux sarcasmes des lèvres, et aux rejets des cœurs.

• • •

Le Seigneur dans ces circonstances nous invite à écouter au-delà des cris et des insultes : « Ecoute la voix du peuple en tout ce qu’ils te diront, car ce n’est pas toi qu’ils rejettent, c’est moi. » (1Sam 8,7) Ce sont des cœurs qui se rebellent contre Dieu que nous entendons, et ce n’est que notre endurance dans la foi et notre patience dans l’espérance qui pourra leur offrir une vision d’un monde de résurrection.

Prenons donc courage dans la persévérance du Christ !

1 comment
  1. Frère Baudry que le seigneur t’inspire d’avantage afin que nous puissions à notre tour en bénéficier. Merci pour la nourriture spirituelle que tu nous sers tous les jours pour fortifier notre âme. Elle nous parvient très souvent lorsque notre moral est au plus bas et en méditant ces paroles, nous reprenons espoir . Que Dieu continue son œuvre en ta personne 🙏

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Vous Aimerez Aussi