TOP
Carême LE PAIN DE CE JOUR

Jeudi après les Cendres

« Ce que je te commande aujourd’hui, c’est d’aimer le Seigneur ton Dieu » ( Dt 30,16a )


Dt 30,15-20 … Ps 1 … Lc 9,22-25

Dans la théologie Chrétienne, les concepts de la « grâce » de Dieu et du « libre arbitre » de l’homme sont toujours en équilibre. Une mauvaise emphase mise sur la grâce de Dieu et l’homme devient une marionnette entre les mains de son Créateur; une mauvaise emphase sur le libre arbitre et l’homme devient son propre sauveur. Mais le chemin se trouve bien au milieu dans un Mystère qui se révèle profondément dans le Cœur aimant du Père en Jésus-Christ.


Ce temps de Carême que nous avons débuté nous invite à réexaminer les chemins sur lesquels nous nous trouvons dans notre vie professionnelle, familiale, sociale, et spirituelle afin de nous demander : Sont-ils des chemins qui mènent au bonheur éternel ? Car aujourd’hui, dit le Seigneur, « je mets devant toi la vie ou la mort, la bénédiction ou la malédiction » ( Dt 30,19b ) . Le Seigneur dont la grâce infinie inonde nos vies nous aime trop pour annihiler notre libre arbitre ; il désire que nous l’aimions sincèrement, et donc librement. Un amour imposé n’est guère un vrai amour, car aimer c’est choisir sans pression extérieure le bien de l’autre. 

Conscients de cette liberté que Dieu nous a donnée, nous devons discerner minutieusement comment nous en faisons usage. Nous pouvons rejeter Dieu et embrasser notre liberté pour notre intérêt personnel, nous déterminer nous-mêmes et décider des chemins que nous voulons suivre. C’est une possibilité que beaucoup choisissent aujourd’hui, mais l’oracle du Seigneur se montre tout aussi vrai dans leurs vies : si vous refusez de servir Dieu, « certainement vous périrez » ( Dt 30,18b ), vous ne connaîtrez jamais la plénitude de votre nature et le bonheur qui ne périt pas. « Choisis donc la vie » dit le Seigneur, « pour que vous viviez, toi et ta descendance, en aimant le Seigneur ton Dieu » ; et aimer Dieu c’est « de marcher dans ses chemins, de garder ses commandements, ses décrets et ses ordonnances  » ( Dt 30,16bc.19c ).


Dans un phrasé presque contradictoire, le Seigneur nous révèle que c’est dans la soumission et l’obéissance que nous devenons réellement libre ; c’est grâce aux garde-fous que créent ses lois autour de nous que nous sommes libres d’aller et venir sans crainte de nous perdre, que nous sommes libres d’aimer sans peur de nous brûler. 


C’est dans le choix de Dieu et de ses lois que nous ouvrons nos cœurs aux rivières de grâces qui découlent du Cœur Sacré de Jésus. Renoncer à soi-même ( Lc 9,23 ) c’est précisément refuser de mettre notre personne au centre de notre univers mais de donner la priorité au Christ et à ses lois ; c’est décider de faire nos choix de vie professionnelle, familiale, sociale, et spirituelle en accord avec ses décrets et ses ordonnances car nous savons qu’ils nous conduisent toujours au vrai bonheur : « Heureux est l’homme qui n’entre pas au conseil des méchants, qui ne suit pas le chemin des pécheurs, ne siège pas avec ceux qui ricanent, mais se plaît dans la loi du Seigneur et murmure sa loi jour et nuit !  » ( Ps 1,1-2 )

N’ayons pas peur de remettre nos vies en question à la lumière de l’Évangile durant ce temps de Carême ; la grâce infinie du Seigneur n’abandonnera jamais celui qui se confie totalement à elle.

😇 PAX ET BONUM 😇

Réflexion par Fra. Baudry Metangmo, OFM Cap

«

»

what do you think?

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :