TOP
Journal LE PAIN DE CE JOUR

Mercredi des Cendres

 » Revenez à moi de tout votre cœur, dans le jeûne, les larmes et le deuil !  » ( Jl 2,12bc )

Nous entrons aujourd’hui dans le Saint Temps de Carême dont le thème pourrait bien être la Réconciliation. « Nous le demandons au nom du Christ, » dit Saint Paul, « laissez-vous réconcilier avec Dieu » ( 2Co 5,20c ). Il n’y a pas de message plus central à ce temps de Carême, voir même à l’Évangile lui-même que cette invitation à la réconciliation à Dieu par Jésus-Christ.

Le Christ par sa mort et sa résurrection a racheté pour l’humanité les grâces du Salut ; mais pour chacun d’entre nous, cela ne vaut rien si nous ne sommes pas prêts à accepter cette réconciliation comme nous y exhorte St Paul. Cette réconciliation n’est pas un acte superflu, un dire des lèvres, mais une transformation personnelle et intérieure réelle et tangible.

« Déchirez vos cœurs et non pas vos vêtements et revenez au Seigneur votre Dieu » ( Jl 2,13ab ) ;

Revenez à Lui dans la sincérité de cœur et l’action, sans prétention mais pleins d’humilité. Pour ce faire, le Seigneur nous offre trois armes d’importance :

le partage, la prière, et la pénitence

N’est-il pas intéressant que lors du Sermon sur la Montagne, le Seigneur n’ait pas dit  » Si tu fais de l’aumône… Si vous priez… Si vous jeûnez », mais bel et bien « Quand… » ! Ces actions certes corporelles ont pour nous des bénéfices spirituels énormes ; c’est par elles que nous nous épurons des vices de nos vies et grandissons en vertu. Le partage nourrit en nous la charité et nous fait sortir de nous-mêmes. Si le péché nous détourne de l’autre (Dieu comme notre prochain), offrir de notre temps et de nos talents pour le service désintéressé aux autres vainc en nous les souches de l’orgueil.

Reconnaissant que seuls nous ne pouvons absolument rien, nous nous appuyons sur la prière et l’aide divine. Ce n’est pas pour nous donner en spectacle mais pour nous ouvrir avec honnêteté au Seigneur : quelles sont les zones d’ombre de mon cœur qui ont besoin de sa lumière ? Quelles sont les vertus que j’ai besoin de développer ? Où est-ce que j’ai vu sa grâce active dans ma vie ? Que je demande pardon ou que je rende grâce, je dois le faire dans l’humilité et la sincérité envers Dieu. La pénitence par le jeûne est le complément parfait à la prière ; comme disait quelqu’un, la prière sans jeûne est comme une arme sans munitions. Le jeûne nous apprend le contrôle de soi et construit notre résistance au péché. Dieu dit à Caïn avant qu’il ne tue son frère : « le péché est accroupi à ta porte. Il est à l’affût, mais tu dois le dominer » ( Gn 4,7bc ). Le jeûne construit en nous cette résistance que nous devons avoir au quotidien face aux tentations du Malin.

L’heure n’est plus à l’oisiveté, nous ne pouvons plus être passifs face au péché et aux malheurs de ce monde ! Nous ne pouvons désirer à la fois voir le Royaume de Dieu et sa justice, et ne pas vivre d’amour, de prières et de jeûne pour nos péchés et pour ceux du monde entier. Nous ne pouvons plus remettre à demain notre conversion : « Le voici maintenant le moment favorable » dit St Paul, « le voici maintenant le jour du salut » ( 2Co 6,2b ). Alors, « prescrivez un jeûne sacré, annoncez une fête solennelle » ( Jl 2,15bc ) ; voici que débute ce jeûne sacré qui nous mènera jusqu’à la fête solennelle de la Pâques. Choisissons deux vertus sur lesquelles nous voulons nous améliorer et consacrons-y cette sainte saison. Implorons l’aide de l’Esprit-Saint afin qu’il nous modèle jour auprès jour à l’image du Christ Ressuscité.

😇 PAX ET BONUM 😇

Réflexion par Fra. Baudry Metangmo, OFM Cap

«

»

what do you think?

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :