TOP
LE PAIN DE CE JOUR

Mardi, 6ème Semaine du Temps Ordinaire – C1

« Mais Noé trouva grâce aux yeux du Seigneur. » ( Gn 6,8 )

Gn 6,5-8 ; 7,1-5.10 … Ps 28(29) … Mc 8,14-21

Nous voici donc à Mardi Gras ; aux portes du Carême ! Et les textes du jour semblent bien choisis pour nous mener à une introspection préparatoire. Jésus pose cette question poignante à ses disciples les plus proches : « Vous ne comprenez pas encore ? » ( Mc 8,21 )

Ils ont été témoins oculaires et actifs de la multiplication des pains pour les cinq mille et les quatre mille, et pourtant leur préoccupation majeure à l’instant où Jésus leur parle est de savoir où trouver plus de pains pour compléter la seule baguette qu’ils ont. Leurs cœurs en effet sont endurcis ( Mc 8,17c ), mais endurcis par les soucis terrestres qui les empêchent d’aspirer à plus et de voir au-delà des miracles de Jésus. Repliés sur eux-mêmes, ils sont paralysés et préoccupés par leurs limitations, par tout ce qu’ils ne peuvent faire d’eux-mêmes, par la finitude des ressources à leur disposition devant la grande tâche qui les attend. Jésus les interpelle pour leur rappeler que lorsqu’ils étaient dépourvus et semblaient n’avoir que très peu, presque rien, pour accomplir des tâches immenses, c’est lui-même qui a pourvu aux moyens et même encore plus qu’ils n’en avaient besoin.

Lorsque nous sommes retranchés sur nous-mêmes, voulant à tout prix faire tout par nos propres moyens, nous finissons soit frustrés et dépités, soit orgueilleux et avares. Dans tous les cas, nous nourrissons en nos cœurs la graine de la haine et le désir de s’arroger tout par peur de perdre. C’est ainsi que naissent tous les malheurs qu’ont connu les hommes avant le déluge : « Le Seigneur vit que la méchanceté de l’homme était grande sur la terre, et que toutes les pensées de son cœur se portaient uniquement vers le mal à longueur de journée » ( Gn 6,5 ). On passe nos journées à concocter des plans pour anéantir d’autres, leur business, leur travail, leur instant de gloire, afin d’engranger quelques miettes en plus pour nous-mêmes.

Ce temps de Carême qui se présente à nous est une invitation à sérieusement examiner nos cœurs ; n’allons pas nous dire que c’est le fardeau d’autres, mais en toute humilité, demandons à l’Esprit-Saint d’éclairer nos pensées afin que nous puissions travailler à les épurer par sa grâce tout au long de ces quarante jours.

Rendons grâce à Dieu pour les Noé de notre temps, ces saintes âmes qui ici sur terre prolongent l’heure du salut par leurs Sacrifices et leur foi. « Encore sept jours » dit le Seigneur ( Gn 7,4a ), encore sept jours et sa Main de justice s’abattra sur le genre humain. Mais pour l’instant encore, c’est sa Main droite de miséricorde qui est étendue sur cette terre. Convertissons nous donc et soyons des Noé, des Abraham, des Jonas qui par leurs prières et leurs sacrifices rappellent le monde à la Miséricorde Divine en disant : « Rendez au Seigneur, vous, les dieux, rendez au Seigneur gloire et puissance. Rendez au Seigneur la gloire de son nom, adorez le Seigneur, éblouissant de sainteté » ( Ps 28,1-2 ).

😇 PAX ET BONUM 😇

Réflexion par Fra. Baudry Metangmo, OFM Cap

«

»

what do you think?

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :