TOP
LE PAIN DE CE JOUR

Vendredi, 5ème Semaine du Temps Ordinaire – C1

Gn 3,1-8 … Ps 8 … Mc 7,31-37

Les mensonges du démon ! Ils paraissent toujours si inoffensifs jusqu’à ce que nous nous  identifions à eux. Il est capable de nous vendre notre stylo et de se retrouver avec notre stylo, notre argent et notre maison. C’est essentiellement ce qu’il a vendu à Adam et Ève. Eux qui étaient faits à l’image de Dieu et selon sa ressemblance, il les a convaincus que pour devenir comme Dieu, ils devaient lui désobéir ( Gn 3,5 ). Ce que nous possédions comme don de Dieu, nous désirons maintenant nous en accaparer et plutôt que de regarder vers Dieu pour pouvoir comprendre qui nous sommes et obtenir de Lui notre subsistance, nous avons voulu nous déterminer nous-mêmes et être comme des dieux .
 
« Alors, Dieu vous a vraiment dit : “Vous ne mangerez d’aucun arbre du jardin” ? » ( Gn 3,1b) Le première chose que fait le diable est de planter le doute dans nos cœurs ; il aurait été trop facile pour nous de faire tomber les masques s’il mentait simplement. D’abord, il veut créer de la méfiance entre Dieu et nous, entre notre intellect et la Loi divine afin de semer la zizanie. Ensuite, il prend un don de la Création et nous le fait miroiter comme une fin en elle-même afin que nous détournions notre regard de Dieu, la vraie fin pour laquelle nous sommes faits. C’est ainsi que « la femme s’aperçut que le fruit de l’arbre devait être savoureux, qu’il était agréable à regarder et qu’il était désirable »( Gn 3,6a). Nous désirions maintenant déterminer ce qui est bien de ce qui est mal ; nous voulons définir ce qui est humain et ce qui ne l’est pas ; nous voulons satisfaire nos passions en réduisant notre identité à notre simple partie animale et vivre comme les bêtes du sixième jour plutôt que comme les prêtres-rois du septième jour établis par Dieu. Nous qui marchions avec Dieu « qui se promenait dans le jardin à la brise du jour » ( Gn 3,8a), maintenant nous nous cachons de sa face. Nous avons blessé notre relation avec notre Père, et il n’y a pas pire mort que cette mort spirituelle.
 
Mais Jésus vient nous dire « Effata ! », c’est-à-dire : « Ouvre-toi ! » ( Mc 7,34b ) Par la puissance de l’Esprit, Il vient ouvrir nos yeux et nos oreilles à l’amour du Père qui nous offre non seulement le pardon, mais la grâce d’être appelés filles et fils de Dieu. Ce que nous avons rejeté dans le vain espoir de nous posséder nous-mêmes, Dieu nous le donne une fois de plus sur un plateau doré, si seulement nous venons à croire que ce qu’il dit est effectivement pour notre bien. Guérir des doutes et des mensonges du malin est un long chemin, mais si nous faisons confiance au Christ, nous redécouvrirons la beauté et la bonté de la Loi divine.

Réflexion par Fra. Baudry Metangmo, OFM Cap

«

»

what do you think?

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :